[Gabon] Éducation : 5 ans après, la Conasysed déterre la hache de guerre

 [Gabon] Éducation : 5 ans après, la Conasysed déterre la hache de guerre
Digiqole Ad

En dépit des négociations actuelles avec la tutelle qui se font le bon gré-malgré, la Confédération nationale des syndicats du secteur de l’éducation (Conasysed), vient de décider à l’unanimité d’une grève de 3 jours à compter du lundi 11 janvier 2021.

« Nous devons établir un rapport de force en montrant au gouvernement que nous sommes forts », ces mots du porte-parole de la Conasysed Nziéngui, sont tirés de l’assemblée générale de cette confédération organisée ce samedi à l’école publique d’Awendjé.

Il était question pour la Conasysed de dresser le bilan des négociations en cours avec la tutelle à ses membres venus d’un peu partout à travers le pays. En clair, cette assemblée générale de très attendue, a battu le rappel des troupes de la Conasysed tenant compte des enjeux de l’heure dans le secteur de l’éducation.  

Selon la Conasysed, le bilan des promesses faites par le gouvernement au secteur de l’éducation demeure quasi nul. En 5 ans de dégel côté Conasysed, il n’y a vraiment pas eu d’avancées notables en faveur des enseignants et les revendications sont restées pratiquement les mêmes ou presque. Même si l’on peut reconnaître qu’en parlant de la régularisation de la situation administrative des enseignants, 1938 dossiers ont pu trouver un aboutissement en attendant les 400 restants.

On retiendra aussi de ce bilan, qu’il y a à ce jour près de 1440 dossiers en attente de solde régularisés. Pour le reste des points de revendications, la Conansysed  dresse un bilan mitigé. C’est le cas des recrutements directs qui n’ont connu aucune avancée. Pas même les négociations de ce 06 janvier 2021 entre le ministre de l’Éducation nationale et le bureau national de la Conasysed, n’aura permis de trouver une réponse à cette cause.

Toute chose que ne partage pas la Conasysed dont le bureau demande à la tutelle de procéder sans délai au recrutement de toutes les promotions des grandes écoles du secteur de l’éducation. Et là encore, le ministère de l’éducation préfère jouer la carte du temps, en annonçant la mise ne place d’une commission. Et là, la Consasysed rétorque en disant que trop de promesses tuent la promesse. Autrement dit : « Derrière rien, il n’y a rien ».

Vous l’avez compris, la Conasysed a perdu et seule des actions concrètes sur l’ensemble des point défendus peuvent encore ramener un peu d’accalmie dans leur mouvement qui demande aussi à la tutelle la création d’un corps des chefs d’établissement afin d’éviter le flou qui entoure les nominations des responsables d’établissements.

Et, à ce niveau, un décret serait la bienvenue selon la Confédération des syndicats du secteur de l’éducation pour encadrer ce problème. Le ministère de l’Éducation nationale a du pain sur la planche, car au-delà des aspects administratifs, de fonctionnement et de réformes du secteur, il doit aussi conduire à bien le grand chantier sur la construction des salles de classes qui n’existent toujours pas.

Du coup, la Conasysed trouve mal que l’on put transformer les écoles primaires en établissements secondaires. En réponse à toutes ces attentes insatisfaites depuis 5 ans, elle vient de décréter à l’unanimité une grève générale de 3 jours à compter de ce lundi. Des grèves brèves à intervalle de temps, semblent être le nouveau plan de guerre de la bande à Louis Patrick Mombo, le vaillant Délégué Général de la Conasysed dont les syndicalistes ont rendu un vibrant hommage au bureau ce samedi, pour les actions jusqu’ici menées avec détermination.

Alain Mbinah

0 Reviews ( 0 out of 0 )

Write a Review

0 Reviews ( 0 out of 0 )

Write a Review

Articles Connexes

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *