[Gabon] Le SYPROSS réaffirme son appartenance à la COSYGA.

 [Gabon] Le SYPROSS réaffirme son appartenance à la COSYGA.
Digiqole Ad

C’est au cours d’une rencontre organisée le mardi 23 février au siège de la COSYGA, que le bureau du Sypross est venu présenter à la confédération le bilan de sa rentrée syndicale avec en prime un projet de sensibilisation dont il sollicite le soutien de la centrale auprès du management de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Avec la pandémie de la Covid-19, la situation de la CNSS risque d’être plus difficile à envisager compte tenu des restrictions économiques corollaires à la pandémie dont notamment la perte d’emploi synonyme d’une réduction des cotisations des travailleurs qui font face à l’avenir au sous-emploi. Le syndicat des professionnels de la sécurité sociale (Sypross) est même convaincu que les difficultés ne tarderont pas à se faire entendre, tant il redoute également le modèle de gestion de la CNSS qui ne cesse d’enregistrer régulièrement de nouvelles affectations de fonctionnaires non-issus des métiers de la sécurité sociale.

Selon cet entendement, la COSYGA appelle le gouvernement à surseoir toute nomination au sein des sociétés para étatiques déjà moribonde par leur mauvaise gouvernance. Parlant justement de la CNSS, le bureau du Sypross indique la suppression de certains avantages autrefois accordés aux agents de la CNSS.

Et c’est donc à juste titre, que le Sypross réaffirme son affiliation à la mère de toutes les centrales syndicales gabonaises, la COSYGA, pour son expertise avérée dans la gestion des conflits employeurs-employés. Même si en matière de syndicalisme, indique Philip Djoula, « la sensibilisation constitue la mission première ». Et de continuer « la COSYGA va s’atteler à rencontrer le management de la CNSS, afin de voir comment la confédération peut permettre à celle-ci de renflouer ses caisses ».

Dans son élan oratoire, le Secrétaire Général de la COSYGA conforte également le bureau du Sypross à ratisser large auprès des travailleurs de la CNSS que l’on comptabilise aujourd’hui à plus de 2000 personnes.  Dans un tel environnement humain, seule une occupation de terrain de la première heure, permettra au Sypross, d’être le syndicat le plus représentatif de sa profession en faisant en sorte que le climat social soit apaisé au sein de la CNSS, une société qui enregistre une aggravation de la dette étatique. « Pour toutes ces raisons, nous souhaitons mettre en place une commission paritaire entre la CNSS et la COSYGA », a souligné Ndi Bekoung Richard, président du Sypross, qui a d’ailleurs profité de cette rencontre pour remettre en main propre au SG de la COSYGA le projet de sensibilisation du syndicat qu’il dirige, afin que la centrale soutienne ce dernier auprès du management de la CNSS.

Alain Michel MBINAH

0 Reviews ( 0 out of 0 )

Write a Review

0 Reviews ( 0 out of 0 )

Write a Review

Articles Connexes

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *