[Gabon] Régies financières : quand l’argent aime le bruit..!

 [Gabon] Régies financières : quand l’argent aime le bruit..!
Digiqole Ad

Fâchés pour non-paiement de leur prime à la performance budgétaire pour le mois de février 2021, les agents des régies financières ont à nouveau déclenché un mouvement de grève, suite à l’échec des négociations avec la tutelle. Une nouvelle grève qui devrait porter un coup de grâce à une économie déjà au rabais, alors que gouvernement et partenaires sociaux se rejettent la responsabilité de cette nouvelle crise.

Administrations essentielles en matière de collecte des recettes de l’État, la Douane, les Impôts, le Trésor et les Hydrocarbures n’en ont manifestement pas fini avec les grèves à répétition, dont la conséquence la plus cruelle est sans doute les pertes économiques chiffrées en milliards de FCFA par jour. Ce qui renforce davantage les difficultés financières d’un pays dont les indicateurs aggravés par la pandémie de Coronavirus sont déjà au rouge. 

Mais au-delà de ce coup de grâce à l’économie nationale, ces mouvements d’humeur à n’en plus finir viennent mettre à nu, l’image de privilégiés nourrie à l’encontre des travailleurs de ces administrations. Car quelles que soient les réformes et les arguments du gouvernement, de par leurs fonctions qui consistent à faire entrer les devises dans le budget du pays, ces agents ont besoin d’être encouragés à travers le paiement des primes attachées à leur métier. Car à chaque métier ses avantages. Quitte à revoir à la baisse la valeur de cette récompense en fonction de la conjoncture économique actuelle du pays. Il s’agit de les empêcher d’empocher plus d’argent au détriment des caisses du trésor public (même si on admet qu’ils s’en mettent toujours plein les poches).

On comprend qu’en voulant instaurer plus de critères comme l’évaluation, le gouvernement cherche à récompenser le mérite de certains agents qui travailleraient plus que d’autres pour l’atteinte des objectifs comme la performance budgétaire. Or, pour les syndicalistes qui dénoncent une démarche unilatérale du gouvernement, ces objectifs n’ont jamais été clairement définis et présentés aux agents de ces administrations. 

Pour ces derniers, la démarche du gouvernement est déjà en elle-même, source de tension dès lors qu’elle n’associe pas les partenaires sociaux. On est donc là bien loin de l’idée du dialogue instaurée en 2019 par l’ancien Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale au sein des administrations publiques. 
Visiblement, le gouvernement accablé par les tensions de trésorerie, cherche désespérément des échappatoires pour se dérober au paiement de cette prime qui serait de l’ordre de 5 à 6 milliards de FCFA, minimisant ainsi l’impact de ces grèves sur les transactions financières au trésor public. 
Pourtant, selon le dicton, l’argent n’aime pas le bruit. Peut-on au moins comprendre qu’il ne devrait même pas faire du bruit quand il s’agit des secteurs qui le forgent ?

CNN 

0 Reviews ( 0 out of 0 )

Write a Review

0 Reviews ( 0 out of 0 )

Write a Review

Articles Connexes

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *