[Gabon]Forêts/valorisation : les acteurs se mobilisent contre le gaspillage.

L’Agence d’Exécution des actions de la filière Forêt-Bois était au centre d’une rencontre de sensibilisation ce jeudi 30 janvier 2020 en fin d’après-midi, dans un but d’informer les acteurs privés sur les nouvelles mesures qui favoriseraient une récupération rapide des milliers de m3 de bois abandonnés en forêt. Et ce, dans un esprit participatif à la bonne décision.

« Cet échange est une étape essentielle dans la valorisation de tous les bois coupés légalement ou illégalement, qui doivent rentrer dans un cadre de valorisation », ce propos plein de déterminisme est celui du Directeur Général de l’Agence d’Exécution des actions de la filière Forêt-Bois, INGUENDJA David.

Cette rencontre entre l’Agence et les acteurs privés forestiers, constitue un signe de reprise des activités dans ce domaine qui avaient été interdites au lendemain de la scandaleuse affaire du Kévazingo. Et aujourd’hui, il est donc question pour l’Agence de restaurer la confiance entre tous les intervenants afin que l’activité forestière s’inscrive dans une dynamique sectorielle. Cela suppose, un abandon des litiges antérieurs entre forestiers avec la mise en place d’un cadre de concertation permanente avec la tutelle dont l’Agence se trouve être l’élément pivot.

Cette dernière compte d’ailleurs convoquer dans les prochains jours, une session de formation aux techniques de repérage des bois abandonnés en forêt depuis plusieurs mois dont une grande partie de Kévazingo et des bois divers (les chiffres ne vous seront malheureusement pas publiés à la demande de l’Agence, qui veut instaurer un calme autour de cette opération dont la portance vise à permettre au gouvernement de récupérer plusieurs milliards en souffrance dans la forêt.).  Silence! Ici, on récupère du bois, mais pas à n’importe quel prix, car les forestiers du privé se doutent d’un revirement de la loi contre leurs pratiques à cet effet.

Aussi, souhaitent-ils qu’un cadre réglementaire leur soit édicté par l’Agence d’Exécution des actions de la filière Forêt et Bois, laquelle pense au contraire que le problème ne se situe pas au niveau du manque des lois, puis qu’elles existent. Mais dans le fait, d’avoir une meilleure approche collégiale pour que les récupérations se fassent avec beaucoup de célérité.

 Six provinces sont concernées par cette opération dont le timing sera finalement connu juste après la session de formation qui devrait s’élargir aux nouvelles technologies dans la traçabilité du bois. L’Agence veut notamment introduire l’usage des puces avec l’aide de son partenaire étranger.  Objectif : mieux suivre les routes empruntées par le bois gabonais en permettant leur meilleure valorisation.

                                                                          Alain Michel Mbianh

0 Reviews ( 0 out of 0 )

Write a Review

0 Reviews ( 0 out of 0 )

Write a Review

Articles Connexes

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *